DiEGESiS - Zacharie Gaudrillot-Roy
DiEGESiS
Degesis – ou diégèse- est l'univers d'une œuvre, ce qui est inclus dans la narration.

Cette série est née à la suite d'un cambriolage. Alors que j'amorçais tout juste un nouveau projet photographique, je me suis retrouvé sans matériel, du jour au lendemain. Je me suis mis à regarder des films, jusque là rien de nouveau, je n'avais pas envie de sortir, errer sans but et dans la frustration de ne rien pouvoir « capturer », préférant vagabonder dans des fictions, promener mon regard dans un cadre imposé. Ici, pas de hasard, nous sommes bloqués dans diverses histoires dont nous n'avons aucun moyen d'en contrôler le début ou la fin. Pourtant j'y ai vu un lien étroit avec la photographie, comme une errance dans un territoire quelconque, attiré par tel ou tel sujet, tel ou tel décor. Finalement, ce sentiment de n'être qu'un spectateur – ce sentiment que j'essaye de traduire dans la plupart de mes images - n'en a été que décuplé.

La série mêle divers photogrammes – réalisés à partir de captures d'écran – tirés de films obscurs. Les différentes image se répondent pour finalement ne créer qu'une seule et même ambiance, une histoire évoquée plutôt que racontée, car ici le temps n'est pas le même, c'est la surface qui nous l'évoque par son aspect figé, et s'il y a un début ou une fin, c'est bien à chacun de se les raconter, de toute façon, tout questionnement finira face au vide de l'inconnu.

Isolées de leur contexte initial, les images questionnent le réel malgré leur aspect et leur origine fictives, nous plongeant dans une solitude certaine, face à la désolation du paysage inexistant.

Des décors et des personnages plongés dans le noir, comme si tout n'était que le théâtre de scènes occultes. Plus rien auquel s'accrocher, hormis sa propre conscience du monde réel. Finalement, le seul vrai lien entre toutes ces images, c'est le noir, un sujet en lui même, car parfois le vide en dit plus long que la surface.
Top